Top des entreprises expertes en marketing

Top des entreprises expertes en marketing

Pour manipuler les consommateurs et les faire adhérer à leur communauté, les entreprises rivalisent d’ingéniosité dans la conception de leur stratégie marketing. Si certaines optent pour des actions à effet instantané, d’autres se tournent vers un ensemble d’initiatives visant un objectif à long terme. Aujourd’hui, focus sur les entreprises qui ont démontré qu’elles maitrisaient l’art du marketing afin de mieux comprendre ce dernier et peut-être pour définir les grandes lignes de la stratégie idéale.

Facebook

Il est impossible de parler de marketing sans évoquer le célèbre réseau social. Facebook a réussi à s’imposer à la fois comme un outil de communication et un élément culturel de la génération 2.0. Cependant, la meilleure action marketing menée par cette firme ne correspond pas à celle qui lui a permis d’atteindre ces deux objectifs. Facebook a démontré son talent en marketing lorsqu’il a réussi à se développer malgré sa mauvaise réputation. Pour mieux comprendre, il convient de se remettre dans le contexte. En 2013, le réseau social connait un déclin important en raison d’une perte de confiance de la part de sa communauté. Pour remédier au problème, Facebook va choisir de l’ignorer et de se concentrer sur un autre objectif : « acquérir de nouvelles plateformes ». Pour que sa mauvaise réputation ne freine pas la croissance de ses nouvelles acquisitions, Facebook va opter pour la « politique du sous-marin ». Facebook se fait alors discret et il laisse ses nouvelles plateformes se développer sous leur propre marque. Résultat, Instagram et WhatsApp connaissent un succès fulgurant. Leur communauté leur octroie une confiance aveugle que Facebook se chargera de récupérer tranquillement en refaisant surface et en implantant sa marque sur chaque plateforme. En 2 ans, Facebook a remonté la pente pour redevenir le leader incontesté du monde des réseaux sociaux.

Google

Google se présente comme le dieu d’internet et du monde de la publicité. Ce statut, Google l’a acquis grâce à un ensemble d’actions marketing calculées aux millimètres près. Pour comprendre son génie marketing, il convient de s’intéresser à ses deux plus gros succès : « Google+ et Alphabet ». Google+ a toujours figuré parmi les échecs cuisants de la firme à cause de son manque d’audience. Pour relancer son réseau social, Google a utilisé la même stratégie que Facebook. Au lieu d’améliorer Google+ et de concentrer ses actions sur la promotion de ce dernier, il a continué à développer YouTube. Vidéo en 3D, vidéo à la demande, support technique pour les créateurs, amélioration de l’interface, un lecteur plus rapide, etc. Une fois YouTube devenu un véritable phénomène culturel avec ses milliards de vues, Google a décidé de lier cette plateforme à son réseau social. Grâce à cette action marketing, il a réussi à développer YouTube tout en lançant Google+. Pour comprendre l’ingéniosité qui se cache derrière la création du groupe Alphabet, il convient d’identifier et de comprendre le principal concurrent de Google. Sur le marché, seul Apple peut se dresser contre Google. Les deux firmes s’affrontent sur plusieurs fronts comme celui du mobile, de l’industrie pharmaceutique et robotique ou de l’écologie. Cependant, Apple opère sur ces différents secteurs sous la même marque ce qui lui offre une longueur d’avance tant au niveau financier qu'au niveau marketing. Pour s’imposer, Google a ainsi décidé de réunir l’ensemble de ses activités sous la même marque. Grâce à cette action, il a pu profiter des bienfaits de la « plateforme de marque » sur son développement.

Walt Disney Company

Disney a toujours figuré parmi les entreprises expertes en marketing. Il suffit de se pencher sur la campagne marketing ayant accompagné la sortie en salle de chacun de ses classiques d’animation pour s’en rendre compte. À noter d’ailleurs que Disney se présente comme le spécialiste de la technique des produits dérivés. Manège, peluche, habits, accessoires, goodies et jeux vidéo, telle est la formule idéale pour réussir la promotion d’une œuvre cinématographique Disney. Cette recette a d’ailleurs été reprise par l’ensemble des studios ou des producteurs à l’origine d’un succès artistique. Cependant, si Disney figure dans ce classement, cela s’explique par son incroyable flair. Lors de l’avènement des films basés sur des comics, la firme a soigneusement suivi l’évolution de cette nouvelle tendance. Entre 2000 et 2007, elle s’est contentée d’observer afin de comprendre les règles à suivre pour réussir un bon film de comics. Une fois cette période d’observation terminée, elle a frappé un grand coup en rachetant Marvel, un des deux piliers de l’industrie des « comics ». Elle a ensuite lancé la plus grande saga cinématographique avec son « Marvel Cinematic Universe ». Pour simplifier, il s’agit d’un ensemble de films interdépendants qui racontent diverses histoires avec un même fil conducteur. Les histoires seront amenées à s’entrecroiser pour créer un univers élargi et cohérent. Pour garantir le succès de ce projet, Disney a également appliqué la politique du sous-marin. L’annonce du rachat de Marvel par la firme a en effet créé la polémique, les fans craignant de voir des films « enfantins » comme les classiques Disney. Pour régler ce problème, Disney a vite fait oublié le rachat pour se concentrer sur les films. Une fois ces derniers sortis, ils ont rencontré un succès énorme ce qui dissipa la polémique.

McDonald's

McDonald's règne sur l’industrie du fast-food aussi bien au niveau mondial que national. Grâce à lui, la restauration rapide pèse d’ailleurs plus que la version classique en France. Cependant, la firme a connu des débuts difficiles sur le marché français. Durant les années 60, McDonald's commence son expansion à travers le monde et décide de se pencher sur le cas de la France. Malheureusement, il s’agit d’un pays de gourmets où la restauration rapide semble ne pas avoir sa place. Pour préparer le terrain, McDonald's va laisser un de ses concurrents tenter l’aventure, Wimpy. La firme ouvre 20 restaurants en France pour présenter le hamburger, mais elle se retrouve confronter à une vague de résistance de la part de la clientèle française. Après deux années d’activité, Wimpy quitte la France. McDonald's prend le relai en appliquant les leçons acquises à travers l’observation de cette première tentative. L’Américain connaitra d’abord de sérieuses difficultés avant de trouver la recette idéale. Elle décide d’appliquer la technique de la personnalisation et de la contextualisation. Elle adapte l’esthétique et le design de ses restaurants pour épouser l’esprit parisien. Elle s’inspire également des recettes françaises pour créer une nouvelle carte. Cerise sur le gâteau, elle introduit des ingrédients sains comme les légumes afin de casser l’image de « mal-bouffe » liée à la restauration rapide américaine. Grâce à cette campagne de séduction, la firme a réussi l’impossible : « imposer la restauration rapide dans un pays de gourmets ». Quant à l’autre grand coup marketing de la firme, elle provient de son talent pour vendre. Dans un McDonald's, les clients qui passent commande depuis une borne consomment 34 % de plus que ceux qui effectuent une commande depuis le comptoir. Cette différence provient du mode de fonctionnement de ces machines qui proposent toujours des extras aux clients. Avec le big data, McDonald's prévoit d’ailleurs de personnaliser les suggestions sur ces machines ce qui devrait optimiser leur efficacité déjà redoutable. 

Apple

La marque à la pomme reste un excellent marketeur pour la promotion de ses produits. Apple a basé sa stratégie sur une méthode bien connue des manipulateurs « la technique de la secte ». Celle-ci consiste à faire modeler l’esprit d’un individu pour qu’il adopte un comportement précis. Ici, il doit continuer à consommer Apple, et exclusivement Apple. Pour cela, la firme a commencé par choisir une figure emblématique qui fera office de « guide » ou de « gourou ». Il s’agit bien entendu de son ancien PDG, Steve Jobs. Une fois le gourou choisit, il doit pouvoir discuter directement avec ses « disciples » dans une disposition bien précise où son auditoire ne pourra pas lui répondre directement ou penser individuellement. Le gourou doit dominer ses disciples. Pour cela, Apple a opté pour une cérémonie aux allures solennelles dans une grande salle de spectacle où l’attention est concentrée sur Steve Jobs. Enfin, Apple crée la demande en présentant une récompense et en limitant son accès. Une fois tout cela réuni, on obtient le profil de l’Apple-addict et le mode de fonctionnement des Key note. Grâce à ce conditionnement, Apple peut proposer des prix exorbitants pour ses produits et limiter leur compatibilité sans que cela ne heurte ses clients. Le prix est justifié par la qualité de la récompense (nouveau produit ou appartenance au groupe Apple-addict) ainsi que par la réactance créée par la rareté de cette dernière. La compatibilité limitée quant à elle est justifiée par la nature même d’une secte ou d’un groupe : il s’agit d’une structure restreinte.

Coca-Cola

Comment évoquer les entreprises expertes en marketing sans parler de Coca-Cola ? À noter que cette dernière maitrise tellement bien son marketing qu’elle a réussi à imposer une autre vision sur une célébration chrétienne. Si le jour de Noël correspond à la naissance du Christ pour les croyants, il existe une autre figure rattachée à cette date et elle porte les couleurs de Coca-Cola. Il s’agit bien entendu du Père Noël qui voyage sur son traineau et qui passe par la cheminée pour déposer des cadeaux aux pieds du sapin. D’ailleurs, force est de constater que le Père Noël profite d’une meilleure exposition que Jésus Christ durant les fêtes de Noël. Pour cela, il suffit de se pencher sur les spots publicitaires de Noël. Grâce à cette campagne, Coca-Cola peut se vanter d’être un expert du marketing. L’autre expression du talent de la marque correspond à sa fameuse campagne « Brrr ». Celle-ci réunit les deux éléments nécessaires à un buzz : la simplicité et l’absurde. Simple, car il s’agit d’une onomatopée. Absurde, car cette onomatopée résume l’ensemble de la campagne. 

Malgré ces 6 exemples, il semble impossible d’identifier la stratégie idéale pour assurer la promotion de son entreprise. En revanche, force est de constater qu’il est possible de définir les principales règles à respecter. Avant tout, une action marketing doit être pensée dans son intégralité pour valider sa mise en application. Facebook par exemple a pris le temps d’évaluer sa situation puis d’analyser le marché avant de construire sa stratégie et définir ses grandes lignes. En adoptant sa stratégie, elle savait exactement comment agir et où elle finirait. Grâce à ce travail de préparation et de prévoyance, elle a pu atteindre ses objectifs et réagir convenablement lors de chaque étape de sa stratégie même en cas d’imprévu. Ensuite, une entreprise se doit toujours de suivre l’actualité tout en gardant du recul. Suivre l’actualité permet de connaitre et d’identifier les tendances. Grâce à ce travail, l’entreprise peut prévoir le comportement des consommateurs et entamer une action avec une précision redoutable. Cependant, l’actualité peut fausser l’analyse de l’équipe marketing. À vouloir surfer sur les tendances, elle en oublie d’évaluer la durée de vie et le taux de risque. Ce type d’erreur amène souvent à des bad buzzs particulièrement dévastateurs. Comme Disney, l’entreprise experte en marketing se doit de garder un regard critique sur l’actualité tout en restant prêt à surfer sur la tendance. Une fois maitrisée, cette stratégie permet même de prédire les tendances avec une longueur d’avance sur ses concurrents. Finalement, il ne faut pas oublier que le meilleur moyen de régler un problème marketing consiste à l’ignorer. En d’autres termes, il arrive que pour assurer la promotion d’un produit, il est préférable de se pencher sur un autre comme l’a fait Google avec Google+ ou Facebook avec Instagram et WhatsApp. Il est aussi possible de prendre cette technique à l’envers comme l’avait fait Micado avec son Micado Stick sans chocolat et sa version Suprême à double chocolat. La marque a assuré la promotion du produit de mauvaise qualité pour garantir le succès de son nouvel article et assoir sa qualité supérieure.

Bref, pour terminer, voici les trois qualités requises pour mettre au point les meilleures stratégies marketing :

  • L’organisation
  • Le sens critique
  • L’imagination

Laisser un commentaire


11 février 2016

Référencement
Retour à la liste

Newsletter

agence web4 , créateur de site web depuis 2008 à:

dernière mise à jour: mercredi 24 mai 2017

  • Genève
  • Vernier
  • Lancy
  • Meyrin
  • Carouge
  • Onex
  • Thônex
  • Versoix
  • Le Grand-Saconnex
  • Chêne-Bougeries
  • Veyrier
  • Plan-les-ouates
  • Lausanne
  • Yverdon-les-Bains
  • Montreux
  • Renens
  • Nyon
  • Vevey
  • Pully
  • Morges
  • Gland
  • Prilly
  • Écublens
  • La Tour-de-Peilz